L’errance et le retour  Abonné

Publié le 05/05/2011

Depuis son engagement dans la marine à 17 ans (il en a maintenant 55), qui lui a fait découvrir la Méditerranée et le Pacifique et qui sera suivi de longs voyages en Europe, et jusqu’à son installation dans le Vercors, Hubert Mingarelli suit un parcours très personnel. Ses thèmes sont récurrents, qui parlent d’errance, de solitude, mais aussi d’amitié, de disparition. Il a reçu le prix Médicis en 2003 pour « Quatre soldats ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte