Mise en œuvre de la loi HPST

L’épopée du pharmacien correspondant  Abonné

Publié le 05/01/2012
Le pharmacien correspondant est l’une des mesures phares de la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST). Mais le principe ne plaît pas à tout le monde, en particulier aux médecins. Tant et si bien que l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) préconise de le remplacer par un dispositif simplifié, limitant l’action du pharmacien au renouvellement de certains traitements sur prescription médicale. Toutefois, la loi de financement de la Sécu pour 2012 pourrait bien lui permettre de prendre enfin son envol.
Une mesure qui ne plaît pas à tout le monde

Une mesure qui ne plaît pas à tout le monde
Crédit photo : S TOUBON

C’EST L’UNE des bonnes nouvelles de l’année 2011. Après un an et demi d’attente, le décret permettant la mise en musique du « pharmacien correspondant » est enfin publié au « Journal officiel », en avril. Inscrite dans la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) de juillet 2009, cette nouvelle mission permet à un patient, dans le cadre d’un protocole portant sur un traitement chronique, de désigner un pharmacien d’officine (titulaire, adjoint ou gérant) comme correspondant.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte