« Travail au noir », de Marc S. Masse

L’entreprise, c’est la guerre  Abonné

Publié le 23/02/2012

L’ENTREPRISE, déjà sujet de son premier roman (« Virage dangereux », L’Harmattan), Marc Masse la connaît bien, fort de son expérience de négociateur de grands contrats dans le monde entier. Cette fois, il met en scène un personnage qui est, malheureusement, une des vedettes des temps économiques modernes, un liquidateur, spécialiste des restructurations. Surnommé, au choix, « le boucher », « le sauvage » ou « le coupeur de tête », ce mercenaire est chargé du « sale boulot ». En gros, c’est lui qui décide qui sera sacrifié sur l’autel de la rentabilité. Et cela, bien sûr, sans états d’âme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte