L'émergence du méningo W  Abonné

Publié le 26/01/2017

Ce sérogroupe (impliqué dans l'épidémie de Dijon en décembre 2016) semble vouloir s'installer en France. Il contribue à près de 8 % des infections invasives à méningocoques (IIM). Sa virulence et sa létalité sont beaucoup plus élevées que celles des autres méningocoques. On dispose de deux vaccins tétravalents qui ciblent les sérogroupes A, C Y et W, mais la CV est insuffisante malgré la généralisation de la vaccination aux sujets de 1 à 24 ans en 2010. À ce jour, une vaccination systématique n'est pas justifiée, le nombre de cas restant très faible.


Source : Le Quotidien du Pharmacien: 3320