Perplexités de gauche

L’effet Mélenchon  Abonné

Publié le 02/04/2012
À ceux qui l’accusent d’affaiblir la candidature de François Hollande, Jean-Luc Mélenchon répond qu’il s’attend à le dépasser au premier tour. C’est l’argument de François Bayrou, c’est celui de Marine Le Pen, qui feignent de croire qu’ils vont éliminer Nicolas Sarkozy au premier tour. Il n’est pas convaincant. M. Mélenchon peut progresser encore, il ne disqualifiera pas M. Hollande.
Mélenchon ne pèsera pas nécessairement sur le programme de Hollande

Mélenchon ne pèsera pas nécessairement sur le programme de Hollande
Crédit photo : AFP

LE PHÉNOMÈNE de cette campagne dépasse, et de loin, la personne du candidat du Front de gauche. Il traduit la révolte d’un électorat qui veut du passé faire table rase et nourrit ses émotions avec un argumentaire fallacieux. Les protestataires vont d’Arthaud et Poutou à Mélenchon et Le Pen, en passant par Eva Joly et Dupont-Aignan. Ils se considèrent, pour la plupart, comme les victimes de la crise. Ils estiment qu’ils n’ont rien à perdre à opter pour des idées dangereuses parce que le changement ne sera pas pire que les tourments dans lesquels les Français sont plongés actuellement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte