Alerte de la Cour des comptes

Le vertige du déficit  Abonné

Publié le 01/07/2013
Successivement, la semaine dernière, la Cour des comptes et l’INSEE ont lancé un cri d’alarme au gouvernement : la première annonce que le déficit budgétaire ne sera pas contenu à la fin de l’année à 3,7 % (comme cela avait été négocié avec Bruxelles), mais sera plus proche des 4 % ; la seconde constate que, au premier trimestre, la dette publique française a atteint 91,7 % du PIB, soit 1 870 milliards de dollars.
Bernard Cazeneuve : du pain sur la planche

Bernard Cazeneuve : du pain sur la planche
Crédit photo : s toubon

FRANÇOIS HOLLANDE a été le seul à dire qu’on ne pouvait pas arrêter les comptes au milieu de l’année et qu’il fallait attendre la fin de 2013 pour calculer le résultat final de nos efforts pour réduire le déficit. Mais ce n’est un mystère pour personne : la baisse d’activité provoquée par la hausse des impôts (et, par conséquent, la réduction de la consommation) diminue les recettes fiscales de plusieurs milliards. Des milliards que l’on ne peut trouver que dans une coupe draconienne dans la dépense publique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte