De Cahuzac à Sarkozy

Le verdict du peuple  Abonné

Publié le 25/03/2013
Le problème soulevé par la mise en examen de Nicolas Sarkozy ne porte pas sur l’avenir de l’ex-président, sur les chances respectives de la droite ou de la gauche lors des prochaines échéances électorales ou sur le rôle joué par la justice dans cette affaire. Il concerne l’effet sur l’opinion des divers scandales politiques débusqués par les juges depuis de nombreuses années. Après l’affaire Cahuzac, celle de M. Sarkozy augmente la tentation de l’électorat de voter pour les extrêmes.
TOPSHOTS  Former French president Nicolas Sarkozy (C) leaves Bordeaux' courthouse on March 21,...

TOPSHOTS Former French president Nicolas Sarkozy (C) leaves Bordeaux' courthouse on March 21,...
Crédit photo : AFP

BIEN QUE NOUS soyons abondamment informés sur les procédures judiciaires en cours, la compréhension des dossiers ne peut résulter que d’une étude approfondie. La multiplicité des types de délinquance reprochés aux mis en examen, par ailleurs présumés innocents, plonge le juge ultime, l’électeur, dans une nébuleuse vague et imprécise sur ce qui a pu se tramer et se trame encore. Il ne perçoit pas toujours la nature des accusations. Il ne voit pas, par exemple, pourquoi des rencontres entre M. Sarkozy et Liliane Bettencourt sont répréhensibles et punissables par la loi.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte