Le traitement de la spasticité  Abonné

Publié le 03/02/2020

Il faut savoir la respecter car elle peut être bénéfique : certains patients tiennent debout et marchent « grâce » à la spasticité. On ne traite que les spasticités fonctionnellement gênantes, principalement par le baclofène-Liorésal par voie orale ou intrathécale (via une pompe placée sous la peau dans la paroi abdominale reliée au LCR). On peut aussi avoir recours au diazépam-Valium, à la gabapentine-Neurotin, au dantrolène-Dantrium.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte