Humeur

Le silence est d’or  Abonné

Publié le 22/10/2015

Face à la clameur du monde, faut-il ajouter nos propres cris de colère ? Un confrère auquel je signalais avec rage une nouvelle violation des droits de l’homme tout en regrettant qu’elle ne soulevât l’indignation de personne, me répondit avec fatalisme : « C’est que notre indignation est trop souvent sollicitée ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte