Le monde aujourd’hui

Le seul problème, c’est la croissance  Abonné

Publié le 09/11/2015
Les défaillances répétées du gouvernement, l’amateurisme de certains ministres, les synthèses hollandaises qui tentent désespérément de réconcilier le libéralisme économique et l’humanisme socialiste offrent aux intellectuels un terrain tourmenté mais vaste où ils déposent leurs propres suggestions. Le pays, pourtant, n’a besoin ni d’une réforme constitutionnelle, ni d’abandonner les principes qui ont fini par triompher il y a 70 ans, ni d’une nouvelle République, ni de se lancer dans l’aventure à laquelle le convie l’extrême droite.

Depuis des mois, le débat sur la croissance et l’emploi a été escamoté par à peu près tout le monde, le pouvoir, l’opposition, la gauche, la droite, les écologistes, les frondeurs et les dociles, les intellectuels et les journalistes. Un peu comme s’il n’y avait plus personne pour imaginer des solutions à la stagnation économique, même chez les chercheurs. Le gouvernement attend l’inversion de la courbe du chômage et en voit les prémices dans le bon résultat d’octobre. Mais personne n’est dupe.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte