Quatre ans après son inscription dans la Constitution

Le principe de précaution irrite encore  Abonné

Publié le 12/10/2009
Quatre ans après sa constitutionnalisation, quelle est la portée réelle du principe de précaution ? Pour en débattre, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques (OPECST) a organisé une audition publique à laquelle étaient conviés juristes, scientifiques, représentants de l’autorité publique et de la société civile.

CE SONT à des débats apaisés qu’ont été conviés les participants à l’audition publique organisée par l’OPECST. Pourtant, le sujet avait donné lieu à des débats passionnels entre opposants et défenseurs du principe de précaution au moment de l’élaboration de la Charte de l’environnement et de son introduction dans la Constitution. Claude Birraux (député UMP de Haute-Savoie), en maître de cérémonie, avait prévenu : « Les rapports entre science et société sont aujourd’hui problématiques. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte