Le point de vue de l'UTIP  Abonné

Par
Publié le 07/10/2019

Nous sommes parfois interrogés à l’officine sur l’influence de la contraception œstroprogestative sur la maladie migraineuse. Des crises migraineuses peuvent par exemple apparaître de novo sous, notamment dès les premiers cycles. On observe aussi que ce risque, qui augmente avec l’âge, est accru en cas d’antécédents familiaux de migraine et que la semaine d’arrêt de la « pilule », durant laquelle se produit une chute brutale des taux plasmatiques d’estrogène, est plus propice à la survenue des crises de migraine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte