Le point de vue de l'UTIP  Abonné

Par
Publié le 04/07/2016

A l’occasion d’un infarctus du myocarde, l’arrêt du tabac est souvent annoncé comme évident par le patient. Mais en fait sa décision d’arrêter n’a pas été de son fait : c’est l’accident coronarien qui a décidé pour lui et qui l’a placé devant une obligation de sevrage tabagique ! Dès la sortie de l’unité de soins intensifs, le traitement nicotinique substitutif est mis généralement en place. Un arrêt au décours immédiat d’un infarctus, ne préjuge donc pas d’une abstinence durable.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte