Le point de vue de l'UTIP  Abonné

Par
Danielle Roquier Charles -
Publié le 02/07/2018

L’augmentation sélective de l’incidence des cancers hormonaux dépendants comme celui de la prostate soulève une interrogation sur la responsabilité des perturbateurs endocriniens dans ce phénomène. Répondre à cette question est très difficile. Le nombre de perturbateurs endocriniens est très élevé et varie dans le temps. La cancérogenèse hormonale est multifactorielle et se déroule lentement (20 à 40 ans) en plusieurs étapes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte