Le point de vue de l'UTIP  Abonné

Publié le 06/05/2019

Les médicaments de substitution aux opiacés introduits dès 1995, ont contribué, avec la distribution de matériel d’injection stérile, à réduire la transmission du VIH et du virus de l’hépatite C parmi les usagers de drogues par voie injectable. Ils ont aussi permis de diminuer la mortalité par overdose d’opioïdes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte