À Ansauvillers, dans l’Oise

Le pharmacien, victime collatérale d’une maison médicale  Abonné

Publié le 23/01/2014
Les pharmaciens de campagne deviennent les victimes collatérales de la désertification médicale montante, mais aussi des solutions que tentent d’y apporter les pouvoirs publics. Exemple dans l’Oise.

« ÉDOUARD m’a tuer »*, pense Francis Poultier, pharmacien à Ansauvillers, dans l’Oise. Date de la condamnation : le 27 janvier 2014. Il pourrait alors se voir contraint de devoir licencier ses cinq salariés, et mettre la clé sous la porte. Une histoire banale, aux conséquences funestes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte