ART - Rétrospective Diego Velázquez au Grand Palais

Le peintre royal de l’âge d’or espagnol  Abonné

Publié le 13/04/2015
C’est un événement. Le Louvre, si pauvre en Velázquez, organise avec le Grand Palais une grande rétrospective du peintre espagnol, avec 57 tableaux sur les 120 qui lui sont attribués. Des chefs-d’œuvre retracent sa carrière, de ses débuts à Séville à la cour du roi Philippe IV d’Espagne, où il collectionne les honneurs.

ENTRÉ en apprentissage à 12 ans dans l’atelier de Pacheco, Diego Rodriguez de Silva y Velázquez (1599-1660) se retrouve dans un environnement très érudit et au cœur de la réhabilitation de l’Immaculée Conception, qu’il est désormais interdit de critiquer et qu’il représente. Il peint aussi des bodegón, natures mortes naturalistes qui rencontrent un grand succès. Au cours de son premier voyage à Madrid, il découvre le caravagisme, venu d’Italie (« Saint Thomas »), et, assez vite, est appelé à la cour, où il effectue son premier portrait du jeune souverain, qui le fait peintre du Roi.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte