Masque

Le mort du samedi matin

Par
Didier Doukhan -
Publié le 17/04/2020
Sceaux

Sceaux
Crédit photo : D. D.

Sceaux

Sceaux

À la mairie de Sceaux, la suspension de l'arrêté municipal rendant le port du masque obligatoire dans l'espace public passe mal…

Sûr de son fait, le maire, Philippe Laurent, vient ainsi de rendre publics les résultats d'une « expérience » qui interpellent. Avec le concours d'un huissier, ce samedi 11 avril, il a compté le nombre de ses administrés qui passaient dans la rue piétonne, cœur battant de la ville. Il a tout mesuré, surface, proportion de passants masqués, temps de présence, rayon de contact, etc. Hypothèse faite d’une population contaminée à 5 % - je vous fais grâce des diverses mais très logiques déductions -, l'édile conclut que, ce samedi, 90 personnes ont été potentiellement contaminées. Sur la base d'un taux moyen de mortalité de 1 % des personnes contaminées, c’est donc pratiquement 1 décès qui a pu être causé ce matin dans la rue piétonne de Sceaux par absence de masque. « Cette démonstration n’a pas la rigueur scientifique nécessaire, convient Philippe Laurent, mais elle fournit une approche de l’enjeu de l’obligation de se protéger la bouche. » Cette conclusion de bon sens, si elle n'a pas prétention à se substituer à la médecine par les preuves, appuie toutefois modestement le changement de doctrine en cours concernant l'utilité du masque…

Didier Doukhan

Source : Le Quotidien du Pharmacien: 3596