Humeur

Le moment de la confession  Abonné

Publié le 13/02/2020

Il n'est pas de procès plus inique que le harcèlement contre une personne isolée qui n'a fait que dire ce qu'elle pensait et se voit ensuite contrainte de s'excuser à plusieurs reprises, sans mettre un terme aux railleries et aux quolibets. C'est le cas de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, qui, dans l'affaire Mila, cette adolescente qui a jeté tous les musulmans dans le même sac en dénonçant, et avec quelle vulgarité, leur religion, a eu ce mot, "atteinte à la liberté de conscience" .

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte