Nouveaux actes pharmaceutiques, nouvelles rémunérations

Le modèle québécois valorise encore le rôle du pharmacien  Abonné

Publié le 14/03/2013
Au moment où les premières nouvelles missions du pharmacien vont voir le jour dans le double sillage de la loi HPST et de la convention pharmaceutique, l’Académie nationale de pharmacie vient de faire un point d’actualité sur le modèle québécois, qui a évolué de manière très positive pour le pharmacien et ses patients depuis une dizaine d’années et inspiré une partie des évolutions à l’œuvre dans notre pays.

AINSI QUE l’a rappelé en introduction notre confrère Jean-Yves Julien*, qui avait fait spécialement le déplacement depuis la ville de Québec pour intervenir devant l’Académie, il existe au Canada, État fédéral comme l’on sait, un partage de compétences, du point de vue pharmaceutique, entre le gouvernement fédéral et les provinces canadiennes, le premier prenant en charge le médicament en tant que tel et les secondes s’occupant de l’exercice professionnel (dont la surveillance est confiée à l’Ordre des pharmaciens), avec des différences d’une province à l’autre aussi significatives qu’entr

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte