Un entretien avec Hervé Gisserot, président du LEEM

« Le médicament ne peut à lui seul porter le poids des économies »  Abonné

Publié le 06/05/2013
Acteurs de santé à part entière, les entreprises du médicament entendent bien se faire entendre, notamment pour obtenir une politique cohérente des pouvoirs publics et que le médicament ne soit pas la principale variante d’ajustement budgétaire. Dans l’entretien qu’il a accordé au « Quotidien », le nouveau patron du LEEM explique également la position des industriels sur la suppression de la vignette.
Hervé Gisserot : " Les contributions de notre secteur sont disproportionnées en comparaison de...

Hervé Gisserot : " Les contributions de notre secteur sont disproportionnées en comparaison de...
Crédit photo : dr

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Quelles étaient vos motivations pour prendre la présidence du LEEM ?

HERVÉ GISSEROT.- Je suis convaincu que les pouvoirs publics et les acteurs du système de santé sont à l’heure des choix. Et, dans mon esprit, les industriels font bien évidemment partie de ces acteurs. Il est désormais essentiel d’entraîner et de fédérer les acteurs pour que le secteur de la santé puisse franchir avec succès les obstacles qui se dressent sur le chemin de sa mutation profonde et sans précédent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte