Réorganisation des gardes à Paris

Le mécontentement persiste  Abonné

Publié le 14/11/2011
Le nouveau tableau des gardes et des urgences à Paris est entré en vigueur le 1er octobre dernier. Un mois et demi plus tard, les pharmaciens contraints à la fermeture le dimanche continuent à critiquer la réforme, jugée « incohérente ».
Depuis le 1er octobre, dix officines parisiennes restent ouvertes toute la nuit

Depuis le 1er octobre, dix officines parisiennes restent ouvertes toute la nuit
Crédit photo : phanie

DEPUIS LE 1er OCTOBRE, la réforme des gardes parisiennes est entrée en vigueur. Le nouveau planning prévoit 118 pharmacies ouvertes les dimanches et les jours fériés, contre 128 l’année précédente, et dix ouvertes chaque nuit, contre deux auparavant. Les 21 officines qui se sont portées volontaires pour la nuit assurent ainsi à tour de rôle le service d’urgence de 21 heures à 8 heures du matin. Les autres sont priées de fermer leurs portes à 21 heures tapantes. De même, les pharmacies ne figurant pas sur le tableau des gardes doivent désormais baisser le rideau le dimanche.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte