Le malaise des officines rurales  Abonné

Par
Publié le 31/10/2016

Les officines rurales sont celles qui possèdent « le meilleur taux de substitution et qui dépendent le plus de l’assurance-maladie », souligne Albin Dumas, président de l’Association de pharmacie rurale (APR), à l’occasion du Congrès national des pharmaciens de Nantes. Selon lui, ce sont elles qui souffrent le plus des baisses de prix. Le président de l’association, qui représente 7 000 officines, rappelle en effet que la clientèle de ces pharmacies est fragile, plus âgée et atteinte de maladies chroniques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte