Avenir des services de proximité

Le Limousin s’inquiète de la désertification des campagnes  Abonné

Publié le 09/02/2009
Disciplinés, syndiqués, bons élèves, notamment en matière de substitution générique, les pharmaciens Haut-Viennois vivent sans histoire, au cœur d'une région préservée. Ce qui n'exclue pas les craintes d'un milieu rural à l’avenir incertain.
Jean Cathalifaud : " Ce rôle de proximité, il nous appartient de le pérenniser »

Jean Cathalifaud : " Ce rôle de proximité, il nous appartient de le pérenniser »
Crédit photo : dr

POUR Jean Cathalifaud, président du syndicat de la Haute-Vienne (FSPF), la vie de ses confrères du département est un demi-fleuve tranquille. À la tête depuis 2001 d'un syndicat aux taux d'adhésion enviable - 80 % des 164 officinaux - il récolte les fruits semés par ses prédécesseurs, traditionnellement engagés dans l'action militante. De Jean-Étienne Martineau, figure syndicale emblématique, à Gilbert Raffier, les responsables locaux ont toujours défendu avec acharnement, et souvent de bons résultats, les intérêts de ceux dont ils avaient la charge.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte