L’île de Pâques

Le jour se lève sur Rapa Nui  Abonné

Publié le 24/01/2011
Qui n’a jamais imaginé fouler l’île de Pâques la mystérieuse et se retrouver nez à nez avec ses Moaïs géants, vestiges de pierre de civilisations qui ne cessent de fasciner, de génération en génération ? Ce rêve qui semblait inaccessible est désormais à la portée de (presque) tous et invite à un voyage inoubliable au bout du monde. Pour ses célèbres statues, mais pas seulement.

Crédit photo : J. Wagner

Les quinze statues de l'Ahu Tongariki

Les quinze statues de l'Ahu Tongariki
Crédit photo : J. Wagner

L'île vaut aussi pour ses paysages

L'île vaut aussi pour ses paysages
Crédit photo : J. Wagner

Crédit photo : J. Wagner

QUI DIT île de Pâques (ou Rapa Nui), dit moaï. Et pourtant, ce bout de terre le plus éloigné de tout rivage, aussi grand que Paris, vaut surtout le déplacement pour ses paysages irréels. Volcans endormis, vallées aux vertes prairies, forêts d’eucalyptus ou de cocotiers, plages paradisiaques, rien ne manque pour se sentir dans un autre monde. Il suffit de croiser un troupeau de chevaux sauvages le long d’une falaise aux rochers acérés pour parachever l’impression prégnante de rêve éveillé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte