La campagne de tous les excès

Le fond et la forme  Abonné

Publié le 19/03/2012
Les dossiers essentiels de la campagne électorale concernent-ils la taxation des plus riches, l’espace Schengen ou la suppression du mot « race » de la Constitution (et pourquoi pas de la langue française ?) ? Non, ils ont trait à la dette, aux déficits et à la croissance. Sur ces trois points fondamentaux, la logorrhée radiophonique ou télévisuelle n’est pas rassurante.

FRANÇOIS HOLLANDE fait la course en tête. À 34 jours du premier tour, il est dans une position enviable dont ne jouissait pas Nicolas Sarkozy à la même époque en 2007. Il a donc de bonnes chances de l’emporter. Il représente en outre une aspiration populaire à l’alternance, après 17 années d’exercice du pouvoir par la droite. Il apporte un espoir aux pauvres, aux chômeurs et aux précaires qui voient dans ses promesses fiscales le coup de bâton qu’ils ont furieusement envie de donner aux « riches ». Et peu importe ce que cela coûtera.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte