Conciliation pharmaceutique hôpital-officine

Le difficile passage de la théorie à la pratique  Abonné

Publié le 10/12/2015
Alors que les services hospitaliers ont souvent besoin de connaître « l’histoire pharmaceutique » de leurs nouveaux patients, et que les pharmaciens d’officine qui suivent ces derniers disposent de ces informations, leur transmission reste souvent problématique, voire impossible, déplorent les hospitaliers comme les pharmaciens. Il existe pourtant des réponses concrètes à ces manques, ont montré plusieurs officinaux lors d’une rencontre organisée à Mulhouse par l’ARS d’Alsace.

Associant les ARS et la Direction générale de l’organisation des soins, les « Observatoires des médicaments, des dispositifs médicaux et de l’innovation thérapeutique » (OMEDIT) ont notamment pour mission de développer la sécurisation de la prise en charge pharmaceutique et la lutte contre les iatrogénies.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte