Polémiques sur la mort de Ben Laden

Le comble de la futilité  Abonné

Publié le 09/05/2011
L’exécution d’Oussama Ben Laden par un commando américain a été suivie par un concert d’approbations dans le monde, y compris le monde arabo-musulman. Les exceptions au consensus sont très rares : le chef du Hamas à Gaza, Ismaïl Hanyieh, a été le seul, pratiquement, à déplorer l« la mort en héros » du terroriste. Il demeure que les médias, qui ont le droit d’être curieux, ont accordé aux « zones d’ombre » une importance excessive.

LA PRESSE EST LIBRE, et nous ne cesserons de nous en féliciter. Mais comme les entretiens radiodiffusés ou télévisés sont extrêmement fréquents (il faut bien meubler le temps médiatique), les journalistes posent souvent des questions dont tout le monde connaît la réponse. L’autre jour, le conseiller spécial du président, Henri Guaino, était sommé de dire pourquoi la France ne fait pas en Syrie ce qu’elle fait en Libye. Deux poids et deux mesures ? Allons donc. Au terme d’une phrase tortueuse, M.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte