La mort de Claude Chabrol

Le cinéaste qui aurait dû être pharmacien  Abonné

Publié le 16/09/2010
Un regard mordant sur la vie et ses faux-semblants

Un regard mordant sur la vie et ses faux-semblants
Crédit photo : AFP

IL AURAIT dû être pharmacien, comme son père. Ce père dont le nom est d’ailleurs gravé dans le marbre à la Maison des pharmaciens, rue Ballu, à Paris, siège de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France, puisqu’il en fut le président. Mais, après quatre tentatives infructueuses à la faculté de pharmacie, il a bien fallu l’admettre : Claude Chabrol n’était pas doué pour cette discipline. Distrait et fantasque, le petit Claude préférait déjà à cinq ans la salle de cinéma que possédait son oncle à l’officine paternelle.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte