Lutte contre le VIH

Le cholestérol « booste » un inhibiteur de fusion  Abonné

Publié le 23/03/2009
Parmi les antirétroviraux, les peptides synthétiques ciblant la protéine de fusion gp41 du VIH, tel que l’enfuvirtide, agissent en bloquant le processus de fusion des membranes virale et cellulaire. Une équipe de chercheurs italiens et américains montre qu’il est possible d’accroître, de manière considérable, leur puissance antivirale en y fixant un groupe cholestérol. Mieux, la « cholestérisation » de ces antiviraux augmente très nettement leur demi-vie.

De notre correspondant

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte