Le cas du valsartan  Abonné

Par
Publié le 25/02/2019

Le 6 juillet dernier, l’ANSM, après avoir été prévenue par l’EMA d’un défaut de qualité, a procédé au rappel de spécialités à base de valsartan et de valsartan/hydrochlorothiazide. Cela fait suite à la mise en évidence d’une impureté (la NDMA ou N-nitrosodiméthylamine, considérée comme cancérogène probable pour l’homme) dans la substance active fabriquée par la société chinoise Zhejiang Huahai Pharmaceuticals. C’est un laboratoire pharmaceutique commercialisant une des spécialités impactées, et non cette société chinoise, qui a découvert le défaut.


Source : Le Quotidien du Pharmacien: 3498