Huit officinaux sur dix en difficulté

Le blues des pharmaciens en Haute-Vienne  Abonné

Publié le 27/09/2010
Plusieurs articles publiés dans la presse locale évoquent la crise des pharmaciens du département le plus peuplé du Limousin. Entre deux redressements judiciaires ordonnés par le tribunal de commerce de Limoges pour deux pharmacies du cœur de ville, et une fermeture à Bellac, les indicateurs économiques sont au rouge pour le monde officinal.
Jean Cathalifaud, président du syndicat de Haute-Vienne

Jean Cathalifaud, président du syndicat de Haute-Vienne
Crédit photo : dr

« RIEN NE VA PLUS, admet Jean Cathalifaud, président du syndicat de Haute-Vienne, établi dans le bourg d’Oradour-sur-Glane. Les adhérents me téléphonent depuis le début de la saison estivale pour marquer leur inquiétude, notamment en ce qui concerne les marges, principale source de mécontentement et de craintes économiques. La raison de ce blues est à chercher au niveau des trésoreries, ce qui nous a amenés au bureau fédéral à faire nos comptes : d’après notre recensement, 80 % des pharmaciens haut-viennois sont en difficultés. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte