Perturbateurs endocriniens

Le bisphénol B présente les mêmes caractéristiques que le BPA  Abonné

Publié le 21/10/2019
Le bisphénol B (BPB) présente des propriétés endocriniennes similaires à celles du bisphénol A (BPA), première substance chimique à avoir été considérée, en 2017, comme un perturbateur endocrinien pour l'homme en Europe, démontrent des chercheurs de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (ANSES) dans une étude publiée dans la revue « Environnemental Health Perspectives », le 16 octobre.

Le BPB, qui partage la même structure que le BPA à un groupe méthyle supplémentaire sur le carbone central près, est utilisé comme alternative à certains usages du BPA et du bisphénol S dans certains pays comme les États-Unis où il est enregistré par la Food and Drug Administration (FDA) comme additif indirect pour certains revêtements (résine, polymère) en contact avec les aliments. Comme il n'est pas enregistré dans le cadre du règlement européen REACH, il ne devrait pas se retrouver sur le marché européen.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte