Un facteur de croissance dans l'Alzheimer

Le BDNF pour sauver la mémoire  Abonné

Publié le 16/02/2009
La neurodégénérescence du cortex entorhinal au stade précoce de la maladie d'Alzheimer contribue à la perte de mémoire à court terme et s'accompagne d'une baisse de production locale du facteur neurotrophique BDNF. Des travaux sur plusieurs modèles animaux, dont le singe, ouvrent la perspective d'une délivrance locale, par thérapie génique, du BDNF. Ce traitement prévient la mort neuronale et améliore les déficits cognitifs.

« LE CORTEX entorhinal et sa structure adjacente, l'hippocampe, hébergent les circuits cérébraux indispensables pour former un nouveau souvenir, explique au " Quotidien " le Dr Mark Tuszynski, professeur de neurosciences à l'université de San Diego (La Jolla). Une fois l'information apprise, elle est transférée vers d'autres régions cérébrales, où elle est stockée. Mais l'apprentissage initial d'une nouvelle information factuelle ou d'une expérience (par exemple, où sont mes clés, quel rendez-vous ai-je aujourd'hui) requiert le cortex entorhinal et l'hippocampe.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte