L’aversion à la perte  Abonné

Publié le 02/04/2009

Qu’appelle-t-on « aversion à la perte » ? On désigne ainsi la répugnance, relativement répandue chez les investisseurs, à se séparer d'un actif dont le prix sur le marché est devenu inférieur à celui auquel son détenteur l'avait acquis, cela même si cette dépréciation n’est que le signe avant-coureur d’une future dégradation plus importante des perspectives de cet actif.

L'aversion à la perte, de par son aspect peu rationnel eu égard aux intérêts réels de l’investisseur, constitue l’un des biais cognitifs et émotionnels recensés par les recherches en finance comportementale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte