Livres

L’automne romanesque. Fiction, autofiction et exofiction  Abonné

Publié le 10/09/2015
Avec 3 % de titres en moins (589 nouveautés) et en pariant davantage sur des talents qui ne demandent qu’à être confirmés que sur des auteurs à succès – ou à scandale –, la cuvée 2015 mise sur la qualité. Les 393 ouvrages français (68 premiers romans) oscillent entre l’autofiction, dans laquelle l’auteur romance sa vie, beaucoup d’exofiction, où l’écrivain réécrit la vie d’un autre, et toujours de la fiction, qui repose sur l’invention.

Combiner l’autobiographie et la fiction est un exercice qui continue de séduire.

Ainsi de Christine Angot, qui, dans « un amour impossible » (Flammarion), évoque à nouveau le viol qu’elle a subi pendant des années par son père ; mais le récit va bien au-delà du fait, il est un questionnement sur le silence qui a entouré cet inceste, sur ce qui a retenu sa mère auprès de son père, sur l’amour qui a lié la mère et la fille avant que celle-ci la rejette.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte