Mobilisation contre la mention non substituable

L’assurance-maladie ouvre la chasse au NS  Abonné

Publié le 05/01/2012
Déjà, en 2009, quelques voix officinales s’élevaient pour parler de ce phénomène, mais ce n’est que en 2011 que les pharmaciens parviennent à prouver ce qu’ils avancent : la montée en puissance de l’usage abusif de la mention « non substituable », ou NS, sur les ordonnances.
Medicaments
Des sanctions sont à l'étude contre l'abus de NS



medicament comprime cachet gellule

Medicaments Des sanctions sont à l'étude contre l'abus de NS medicament comprime cachet gellule
Crédit photo : PHANIE

EN AOÛT 2010, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) ouvre le bal des enquêtes en menant la sienne. Sur 3 800 pharmaciens interrogés, plus de 85 % constatent une hausse inquiétante du nombre de mentions NS. « On voit réapparaître les tampons (offerts) « ne pas substituer » et les libellés « non substituable » apposés sur chaque ligne de l’ordonnance et écrits à la machine », regrette le président de l’USPO, Gilles Bonnefond. De son côté, « Le Quotidien » mène son enquête avec la société Call Medi Call, en octobre 2010.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte