La courbe du chômage s’est inversée

L’as du coup de poker  Abonné

Publié le 02/12/2013
En octobre, le nombre des demandeurs d’emploi qui ne travaillaient pas du tout a diminué de 20 500. François Hollande, qui s’est gardé de tout triomphalisme, se trouve donc à son rendez-vous formel, annoncé maintes fois dans une ambiance de totale incrédulité, et réitéré quand le pari semblait perdu, avec ce qu’il avait lui-même appelé « l’inversion de la courbe du chômage ». On peut discuter à l’infini des moyens utilisés par le gouvernement pour créer des emplois, on ne peut pas nier qu’il peut, pour la première fois depuis dix-sept mois, exciper de résultats probants.
Pour Hollande, ce n’est qu’un début

Pour Hollande, ce n’est qu’un début
Crédit photo : AFP

SALUONS d’abord un succès de pure forme. Le président de la République avait pris il y a plus d’un an un pari téméraire, en annonçant la fameuse inversion au terme d’une année, prédiction qu’il a corrigée ensuite en repoussant le résultat à la fin de l’année 2013. Or il a pratiquement tenu son premier pari puisque les chiffres d’octobre précèdent de deux mois ceux de la fin décembre.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte