TOURISME - Madagascar

L’arche de Noé de l’océan Indien  Abonné

Publié le 19/09/2011
Son nom aux syllabes colorées évoque tous les clichés de l’exotisme et la langueur des plages balayées par les alizés. Voyage dans un morceau d’Afrique perdu dans l’océan Indien.
La réserve du tsingy de Bemaraha, inscrite au patrimoine de l'UNESCO

La réserve du tsingy de Bemaraha, inscrite au patrimoine de l'UNESCO
Crédit photo : B. BARBIER

Le Lemur catta, ou maki, qu'on ne trouve qu'à Madagascar

Le Lemur catta, ou maki, qu'on ne trouve qu'à Madagascar
Crédit photo : B. BARBIER

Le caméléon panthère (Furcifer pardalis)

Le caméléon panthère (Furcifer pardalis)
Crédit photo : B. BARBIER

Antsirana, anciennement Diego Suarez

Antsirana, anciennement Diego Suarez
Crédit photo : B. BARBIER

Village de tisserands, dans la région d'Antatanarivo

Village de tisserands, dans la région d'Antatanarivo
Crédit photo : B. BARBIER

La rivière Tsiribihina

La rivière Tsiribihina
Crédit photo : B. BARBIER

Les baobabs de la région de Morondava

Les baobabs de la région de Morondava
Crédit photo : B. BARBIER

MADAGASCAR s’est coupée du reste du monde voici 80 millions d’années. Champ clos où l’évolution a pu s’engager dans des voies originales, l’île semble collectionner les bizarreries du monde vivant. Leur inventaire tient du « Livre des records ». Il y a plus d’une cinquantaine d’espèces de caméléons. Ils gardent un œil sur le passé et l’autre sur l’avenir. Leur capacité à changer de couleur était un signe de stress. Ils l’ont perdue en s’habituant à l’homme. La Grande Île abrite à elle seule la presque totalité des espèces de lémuriens du monde.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte