L’ANEPF dénonce les ratés de la première année d’études

Publié le 22/03/2011

Elle avait été très critiquée par l’ANEPF (Association nationale des étudiants en pharmacie) au cours de son élaboration par le ministère de l’Enseignement supérieur. La première année commune aux études de santé, entrée en vigueur à l’automne dernier, est à nouveau contestée par les étudiants en pharmacie. Dans une lettre adressée lundi dernier à la ministre Valérie Pécresse, l’ANEPF déplore que cette première année soit devenue « une année de sélection, et non plus de formation, au détriment de la qualité de l’enseignement. » Les moyens pédagogiques et les passerelles de réorientation ne donnent pas satisfaction et plombent la réforme, affirment les étudiants. Selon eux, le programme est devenu trop dense. De plus, si le nombre d’étudiants en enseignement dirigé est passé de 45 à plus de 175, l’effectif des candidats aux études de pharmacie est quant à lui « en nette diminution ». L’association estime toujours que la mutualisation des études ne peut avoir lieu qu’au cours des années supérieures, et non en tout début de cursus. « C’était utopique et non constructif », analyse l’ANEPF, qui demande des ajustements pour rectifier les ratés de la réforme.

QUOTIPHARM, LE 22/03/2011

Source : lequotidiendupharmacien.fr