L’alliée micronutrition  Abonné

Publié le 29/04/2019

Une alimentation déséquilibrée, trop riche en graisses et en sucres, pauvres en fruits et légumes et composée d’aliments à index glycémique élevé, entraîne des déficits en vitamines et oligo-éléments. La biodisponibilité des vitamines liposolubles A, D, E et K peut être diminuée par un microbiote intestinal altéré et la présence du tissu adipeux en excès. Ainsi, une complémentation en micronutriments améliore l’évolution du syndrome métabolique. Le chrome régularise la glycémie tandis que les acides gras oméga 3, le zinc et les antioxydants (sélénium) diminuent le risque inflammatoire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte