Binge drinking

L’alcool consommé à l’adolescence est particulièrement nocif  Abonné

Publié le 14/01/2013
Selon des résultats chez le rat, une intoxication par l’alcool à l’adolescence, alors que le cerveau n’a pas fini sa maturation, constitue un facteur de prédisposition à un comportement de dépendance une fois adulte.
L’intoxication alcoolique répétée provoque des modifications du noyau accumbens cérébral

L’intoxication alcoolique répétée provoque des modifications du noyau accumbens cérébral
Crédit photo : AFP

Il est aujourd’hui très préoccupant de constater que la consommation d’alcool se banalise de plus en plus chez les jeunes, qui développent des pratiques dangereuses telles que le « binge drinking » (boire massivement et très rapidement). Ce comportement est observé même chez les plus jeunes, dès le collège.

On ne connaît que peu de choses sur les effets de cette modalité de consommation en termes d’atteintes du fonctionnement cérébral et de la vulnérabilité à l’addiction.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte