HUMEUR

La voiture d’Ésope  Abonné

Publié le 31/01/2013

Comme la langue d’Ésope, la voiture est la meilleure et la pire des choses. Avant son avènement, on imaginait à peine que n’importe qui, dans une boîte à quatre roues, irait n’importe où, n’importe quand. Quelle liberté ! Hélas ! On s’est aperçu, à l’expérience, qu’avec cet objet polluant, dangereux, parfois incontrôlable, on pouvait aussi tuer ou se tuer. Beaucoup de nos dirigeants, après nous avoir taxés au delà de toute logique, font tout, maintenant, mais tout, pour que nous renoncions à l’automobile.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte