La supplémentation remise en question

La vitamine D n’est pas le remède miracle promis  Abonné

Publié le 12/12/2013
Des épidémiologistes de Lyon ont étudié à travers une grande revue de la littérature le lien de cause à effet entre déficit en vitamine D et différentes maladies chroniques telles que les cancers, le diabète ou la sclérose en plaques. Les résultats exposés par le Pr Philippe Autier sont bien différents des messages délivrés ces dernières années vantant les bénéfices d’une supplémentation très large. Les recommandations classiques restent ainsi d’actualité
les bénéfices de la vitamine D sont incontestés dans le rachitisme

les bénéfices de la vitamine D sont incontestés dans le rachitisme
Crédit photo : PHANIE

LA DÉFERLANTE vitamine D est-elle en train de tourner court, comme le suggère le Lancet dans un éditorial titré « La fin d’un mythe ? » à propos de la publication conjointe d’une grande revue sur les multiples bénéfices prêtés à l’hormone liposoluble. Pour l’équipe dirigée par le Pr Philippe Autier à l’International Prevention Research Institute à Lyon, l’association récemment mise en évidence entre vitamine D et de multiples maladies chroniques non musculo-squelettiques ne tient pas à un lien de causalité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte