Discrétion française

La Tunisie et nous  Abonné

Publié le 17/01/2011
Les émeutes en Tunisie sont d’une telle gravité, ont été si subites et inattendues, et semblent avoir des effets assez irréversibles pour sonner le glas du régime du président Zine el Abidine Ben Ali. Comme d’habitude, la Tunisie très proche, historiquement et géographiquement, de la France, et proche aussi du cœur des Français, donne lieu à un débat national.

EN VISITE en Tunisie le 28 avril 2008, Nicolas Sarkozy déclarait : « Je ne vois pas pourquoi je m’érigerais en donneur de leçons ». Et, s’adressant à son homologue tunisien, il ajoutait : « J’ai pleinement confiance en votre volonté de continuer à élargir l’espace des libertés ». Décriées par la gauche à l’époque, ces paroles, au regard de ce qui se passe aujourd’hui dans un pays réputé pour sa douceur mais soudain plongé dans la violence, semblent bien imprudentes. Car la révolte est populaire. Avocats, étudiants, enseignants, classe moyenne s’y associent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte