Tourisme/Au fil du Nil, de Louxor à Assouan

À la source des larmes d’Isis  Abonné

Publié le 04/11/2010
La voie royale pour découvrir l’Égypte ancienne est le Nil, ce fleuve puissant assagi par le barrage d’Assouan, porte de la Nubie. Et pour approcher les trésors pharaoniques, l’idéal est d’emprunter, comme au siècle dernier, une dahabiya : un bateau de petite taille avec une voile à chaque bout, qui permet de s’arrêter où l’on désire et de visiter des sites sinon inaccessibles. La toute nouvelle felouque d’apparat appelée « Rois » porte bien son nom.
L'île de Philae, consacrée à Isis

L'île de Philae, consacrée à Isis
Crédit photo : DR

Le ballet de felouques devant Assouan

Le ballet de felouques devant Assouan
Crédit photo : B. RIEGER/HEMIS.FR

ON A APPRIS en géographie que le plus grand fleuve du monde (6 671 km) entre en Égypte à la hauteur de sa deuxième cataracte après avoir traversé quatre pays ; et en histoire que, depuis l’Antiquité, les hommes ont prêté au Nil des traits divins en raison des crues qui apportaient la fécondité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte