Une croissance introuvable

La solitude de la France  Abonné

Publié le 03/02/2014
François Hollande s’est rendu en Grande-Bretagne la semaine dernière dans un climat franco-britannique empoisonné par les attaques incessantes des médias, des élus et même du Premier ministre David Cameron contre la politique économique et sociale du gouvernement français. Le chef de l’État a néanmoins fait bonne figure en s’appuyant davantage sur ce qui nous rapproche du Royaume-Uni, comme la recherche d’une défense commune, que ce qui nous en sépare.

DAVID CAMERON n’a pas pris note publiquement du récent virage économique du président français. C’était pourtant l’occasion de prononcer des paroles plus amènes sur notre pays. Le chef du gouvernement britannique pœut certes exciper d’un retour progressif de son pays à la croissance et d’une baisse du chômage ; on comprend mal, pourtant, qu’il s’acharne contre le modèle français, sinon parce qu’il en fait un argument de politique intérieure. Son message aux Britanniques est le suivant : « Si vous votez travailliste, vous devrez affronter la pénurie et le chômage ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte