Editorial.

À la recherche des « évaporés »   Abonné

Publié le 29/03/2016

Un nombre croissant de jeunes diplômés, frais émoulus de la faculté de pharmacie, disparaissent dans la nature. Six ou sept ans d’études, et puis « pschitt ! », plus aucune nouvelle. L’Ordre des pharmaciens parle d’« évaporation ». Pour tenter de retrouver la trace de ces docteurs fantômes, l’institution lance un questionnaire anonyme (voir page 6). À peine relayée sur le site du « Quotidien », cette information a suscité bien des commentaires, dont la teneur donne une idée du désenchantement qui touche aujourd’hui bon nombre de jeunes pharmaciens.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte