Dans votre bibliothèque

La raison du plus faible  Abonné

Publié le 12/03/2009

EN 1859, Darwin exposait la théorie de l’évolution, largement fondée sur la loi du plus fort. 150 ans plus tard, Jean-Marie Pelt nous en donne une vision nouvelle en illustrant son propos de nombreuses anecdotes naturalistes. Dans son livre, il nous montre que, curieusement, les plus vulnérables réussissent parfois mieux à s’adapter aux changements climatiques et écologiques que ceux considérés a priori comme les plus forts.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte