La question de la sécurité des génériques ne se pose pas selon le GEMME

Publié le 20/06/2013

Invité par la mission d’évaluation et de contrôle de la Sécurité sociale du Sénat (MECSS) à s’exprimer sur la politique française du médicament générique, Pascal Brière, président du GEMME, a affirmé que la question de la sécurité sanitaire des génériques ne se posait pas. « Chaque année, il se vend 800 millions de boîtes de médicaments génériques en France. S’il y avait un problème sanitaire, croyez-moi, cela se saurait. Regardez à quelle vitesse est remonté le cas du furosémide, en 4 heures auprès de l’Agence, peut-être un peu trop vite d’ailleurs, et qui a entraîné un retrait immédiat du marché. Le système d’alerte fonctionne, la question de la sécurité sanitaire du générique ne se pose pas. » Toujours sur l’affaire du furosémide, il a indiqué, avec moult précautions : « Je crois que, maintenant, nous sommes quasiment sur le point de pouvoir dire que c’est une fausse alerte. »

Quotipharm.com, le 20/06/2013

Source : lequotidiendupharmacien.fr